Cabinet d'Ecoute

Écoute à la carte des modules sonores diffusés à l’antenne, formes courtes et percutantes autour de 20 verbes / thématiques fondamentaux.


Mémoire Tampon : Inside + Veridis Quo (cover) / Sébastien Lebray

"Et soudain, le fameux « on verra ça plus tard » n’a plus tenu…" : le confinement a privé Sébastien Lebray à la fois des pratiques collectives de la musique et du prétexte d’y trouver de bonnes raisons de repousser le vertige du rapport homme-machine. Dans un rendez-vous quotidien avec lui-même, tous les soirs, "sans limite de temps puisque le réveil ne sonne pas le lendemain", le geste est devenu celui d'un homme-studio, sautorisant à produire cette House « confinée » puis à se filmer pour la partager sur de nouvelles scènes que lépoque détermine. Une musique de confinement vécu comme un contexte imposant au créateur de se redéfinir pour ne pas soublier. “Avec ce confinement qui pousse à la pratique solo en home-studio, en excluant toute répétition ou concert en groupe, je m’y suis mis et c’est vite devenu un rendez-vous quotidien avec moi-même : tous les soirs, sans limite de temps puisque le réveil ne sonne pas le lendemain. Au début, j’élaborais des tracks éphémères que j’oubliais aussitôt pour passer à autre chose. Et puis j’ai bricolé quelque chose de plus intéressant que j’ai eu envie de faire écouter aux copains. Et puis j’ai repensé à ce morceau des Daft Punk que j’avais toujours eu envie de jouer... Comme a dit l'un de mes amis, « y'a pire que d'être enfermé avec un Moog »."

sebastien-l.jpg


Crédit photo : Laurent Khrâm-Longvixay



Tags : daft punk  musiques actuelles  mémoire tampon  sébastien lebray